Interview d’Olivia Jones du 4 juillet 2018

Biographie: Née à Paris, maman de 2 enfants, j’ai la chance de pouvoir me consacrer à l’écriture à temps plein. J’ai été influencée dès mon plus jeune âge par les contes, qui m’ont toujours fascinée. Je suis une grande rêveuse et j’ai besoin du merveilleux pour m’échapper de mon quotidien. Cependant, on verra dans mon prochain livre que j’aime aussi pratiquer l’humour, la dérision et l’on découvrira un côté passionnel que l’on ne connaît pas encore de moi.

Tout d’abord merci Olivia d’accepter cette interview. De mémoire (si ma mémoire de poisson rouge ne fait pas défaut) j’avais pris contact avec toi suite à une demande dans un groupe de lecture sur Facebook où tu cherchais des blogueuses chroniqueuses pour ton livre « Trop belle pour mourir », j’avais répondu présente et tu avais accepté mon offre. J’ai donc lu « Trop belle pour mourir » et « La tête dans les nuages », deux livres que j’ai lu avec beaucoup plaisir et que j’ai beaucoup aimé.

Tu écris à temps plein et tu es une maman, alors la question à laquelle personne ne va échapper, où trouves-tu le temps pour cuisiner? 

On trouve toujours le temps pour les bonnes choses ! J’aime me mettre aux fourneaux alors ce temps, je le prends et avec bonheur ! Même si pour cela, je délaisse un peu les autres tâches ménagères, je ne suis pas la fée du logis mais la cuisine, c’est sacré.

Tes deux premiers romans se déroulent en grande partie à Quiberon. Pourquoi Quiberon? (d’ailleurs tu m’as donné envie de visiter cette ville) 

J’ai découvert Quiberon un peu par hasard. Cette année-là, j’avais décidé de faire un petit voyage en Bretagne. Je me suis documentée et j’ai longtemps hésité entre l’Ile de Bréhat et Quiberon. Ce sont les photos de la Côte Sauvage qui m’ont convaincue. En arrivant là-bas, j’ai eu un énorme coup de cœur, je me suis sentie immédiatement happée par l’atmosphère de la Presqu’île, par les paysages déchiquetés de cette Côte enchanteresse et lorsque j’ai découvert la stèle du Carl Bech, comme je l’explique sur ma page auteur (https://www.facebook.com/Olivia-Jones-auteure-1665359370244757/); j’ai su que j’écrirai un roman qui se passerait là. D’ailleurs, je n’ai pas respecté la chronologie en faisant paraître mes deux romans. « La tête dans les nuages » a été écrit avant « Trop belle pour mourir ». Pour ce dernier roman, j’avais encore envie de me plonger dans cette aura qui me happait mystérieusement. Un attrait que je ne m’explique pas. Quiberon ne fera sans doute pas le même effet à tout le monde. Mais pour la suite, ce sera différent, et je pense surprendre les lecteurs avec le prochain roman

Dans quel état te trouves-tu lors de la sortie tes livres?

C’est l’émotion qui prime, la surprise aussi, genre, c’est moi qui ai fait ça ? Parfois, je n’en reviens pas, je ne me croyais pas capable d’aller au bout de mon écriture, donc, c’est aussi une énorme satisfaction et une revanche sur ceux qui ne m’en croyaient pas capable. Une fierté par rapport à mes enfants également.

Je sais qu’il y a trois romans qui devraient sortir en septembre (Il y a toujours un piano quelque part) et en décembre (Blue Kashmir – tomes 1 et 2), (je le sais parce qu’Olivia m’en a parlé, non non je n’ai pas encore des dons de voyance), tu changes totalement de style ou tu restes dans le style légende comme les deux premiers? 

En septembre va sortir « Il y a toujours un piano quelque part » c’est un livre assez déjanté. Un fantôme hante un immeuble décrépi de la banlieue parisienne et décide de changer le destin des locataires. Il y a beaucoup de rires, des situations improbables, mais aussi un roman dans le roman, qui raconte les déboires amoureux d’une femme, et là, séquences émotions et drames.

Ensuite début décembre, sortie de Blue Kashmir en 2 tomes, on plonge dans le monde de la joaillerie, ça se passe essentiellement Place Vendôme, et le fil rouge de l’histoire est un saphir aux pouvoirs magiques. Dans les deux livres, il y a donc des phénomènes paranormaux, sans que ce soit des légendes à proprement parler.

Le style de « Il y a toujours un piano quelque part » est totalement différent.

Blue Kashmir quelque part, ressemble plus aux autres. En fait, le tome 1 a été publié à compte d’auteur et je suis en train de récupérer mes droits, c’est pourquoi je sors l’autre en premier. Les 2 tomes sont écrits mais le tome 2 n’a jamais été publié et le piano non plus.

Pour conclure, message d’Olivia:  je remercie chaleureusement Rossana qui m’a consacré autant de temps, ce fut un plaisir de répondre à ces questions.

Merci beaucoup Olivia d’avoir pris sur ton temps pour répondre à ces quelques questions et hâte de découvrir tes nouveaux romans.

Bibliographie :

Trop belle pour mourir

La tête dans les nuages

Il y a toujours un piano quelque part (sortie prévue en septembre 2018)

Blue Kashmir (tome 1 – Valentina) et Blue Kashmir (tome 2 – L’homme de cristal) (sortie prévue en décembre 2018)

Publicités

Interview d’Angélique Leydier du 29 juin 2018

Biographie: Angélique Leydier est une auteure indépendante âgée de trente ans et originaire de Valence (26). Après des études dans le commerce, elle change de cap en optant pour des études de lettres modernes à l’université, c’est à ce moment-là que naissent ses premiers écrits d’adulte ; des poèmes et des nouvelles. Pendant des années, l’écriture est restée une passion et Angélique est devenue maman de deux enfants. Ce n’est qu’en 2017 qu’elle décide de se prendre au sérieux, de reprendre ses écrits et notamment son premier roman, alors au stade de premier jet. Un an plus tard, son premier roman intitulé « Histoire de Tom » est publié, sur Amazon et Bookelis, en auto-édition ! Il est paru le 21 mars 2018, et ce petit thriller psychologique a su conquérir ses premiers lecteurs ! Un second roman est en cours d’écriture…

Tout d’abord merci Angélique d’accepter cette interview. Si ma mémoire de poisson rouge ne fait pas défaut, tu avais pris contact avec moi lors de la création de mon blog pour me proposer ton livre « l’histoire de Tom » avant sa sortie, livre que j’ai accepté de lire avec grand plaisir et qui m’a énormément plu.

Tu écris à temps plein et tu es une jeune maman, alors la question à laquelle personne ne va échapper, où trouves-tu le temps pour cuisiner? 

Merci à toi de m’accorder cette interview! Je cuisine essentiellement le weekend lol, j’adore ça en plus! Et puis j’ai aussi la chance, que dis-je, le luxe, d’avoir un compagnon attentionné et qui travaille souvent en home office, il me décharge régulièrement de certaines tâches!

Y a-t-il un nouveau livre en cours d’écriture? si oui, tu restes dans le thème thriller psychologique ou tu changes de style?

Alors tout à fait, un second roman est en cours d’écriture, j’ai dépassé la moitié de l’histoire et il est prévu pour le printemps 2019! Je reste dans le thriller psychologique, absolument 🙂

As-tu déjà un titre pour ce prochain roman? 

Oui, contrairement au premier, l’idée du titre m’est venue dès les premières lignes! Ca a sonné comme une évidence, une évidence que les lecteurs ressentiront à la fin du livre, je pense. je ne l’ai pas encore dévoilé mais tu peux le mettre en avant première dans l’interview 😉 il s’appellera donc : « Chaleur humaine »

Dans quel état d’esprit te trouvais-tu lors de la sortie de ton premier roman? 

C’est un sortie qui s’est opérée en 2 temps, l’année dernière une version non aboutie, pauvre cobaye, a été publiée à titre d’expérience d’auto-édition. J’ai décidé d’apprendre ainsi, sur le tas. Cette année une version réécrite, et corrigée par un correcteur a été publiée et là, je me sentais comme un challenger qui doit faire ses preuves. Ai-je eu raison de réécrire cette histoire? Aurais-je du partir du autre chose? Que va-t-on penser de moi en tant qu’auteure? Bref, j’étais très stressée, mais aussi atrocement fière, car je venais de publier mon roman final, la version qui ne bougera plus 🙂

Pour conclure, message d’Angélique: je te remercie évidemment! C’est très gentil d’avoir pris du temps pour moi 🙂

Merci beaucoup Angélique d’avoir pris sur ton temps pour répondre à ces quelques questions et hâte de découvrir ton nouveau roman.

 

Bibliographie:

L’histoire de Tom

Chaleur humaine (sortie prévue printemps 2019)

 

Le temps des cerises – Automne (tome 1) – Aurélie Chateaux-Martin

Résumé: Maël est parfaitement heureux dans sa vie. Il mène une existence tranquille auprès de Styx, l’homme qu’il aime, fait un métier qu’il adore, a des amis exceptionnels. Rien ne semble pouvoir perturber son bonheur, qu’il a si durement mérité. Pourtant, un soir, son compagnon ne rentre pas. Lorsqu’enfin il se glisse dans le lit conjugal, Maël a la certitude qu’il l’a trompé. C’est à ce moment-là que tout bascule dans une tourmente émotionnelle douloureuse et brutale. Maël ne veut pas quitter Styx mais, malgré ses belles promesses, son amant semble incapable de tenir ses serments…

Sakura cherche désespérément l’amour, le vrai, celui qui lui donnera la sensation d’être parfaitement en harmonie avec l’univers tout entier. Pourtant celui-ci semble continuellement lui échapper. Il a eu quelques liaisons sérieuses, mais aucune ne l’a véritablement comblé. A la suite d’une déception amoureuse, sa route croise celle de Maël, le jeune modèle dont il a toujours été fan. Sa petite vie en désordre risque d’en être profondément bouleversée…

Dans cette série, on retrouve Maël et Styx qu’on adore, mais aussi certains autres personnages de Muse, ainsi que de nouveaux personnages tout aussi attachants. Ce livre se dévore comme tous les livres d’Aurélie qui arrive à nous transporter dans son univers fantasy gay. On accroche dès les premières pages et on ne le lâche plus. Magnifiquement bien écrit. Je le recommande bien évidemment.

Le Temps des Cerises - Tome 1 : Automne par [Chateaux-Martin, Aurélie]

Muse (texte intégral – 3 tomes) – Aurélie Chateaux-Martin

Résumé: « Styx n’en dormait plus. Il parvenait à peine à manger, à boire, et ne s’accordait du repos que lorsque ses nerfs le lâchaient, qu’il envoyait valser à travers la chambre une de ces peintures, qu’il la détruisait avant de s’horrifier de son acte sacrilège, avoir brisé l’une des toiles de sa muse, celle qui l’obnubilait et hantait ses pensées, nuit et jour. Celle qui le nourrissait mieux que toute forme de mets terrestres. Celle qui lui donnait vie à chaque instant, qui lui insufflait le désir de se surpasser, de peindre, encore et encore, jusqu’à l’anéantissement. Jusqu’à toucher du doigt la perfection. Il avait découvert une part de Divin dans les courbes de Maël, dans sa beauté, dans sa candeur perverse, et il ne pouvait pas, ne voulait pas s’arrêter.
Peindre.
Peindre.
Peindre.
Sa muse l’appelait. Sa muse exigeait. Sa muse l’obligeait à se dépasser lui-même. Sa muse était sa Source. Celle dans laquelle il puisait son art. Celle qui le pousserait vers les sommets les plus fous. Avant de signer sa déchéance. »
—————————————
Note de l’auteure: Dans un univers fantasy, « Muse » est une romance gay racontant l’histoire de Maël, adolescent déluré et de Styx, peintre névrosé… Une histoire d’amour forte, sombre et difficile, mettant en scène deux personnages à l’histoire torturée…
Cette œuvre est susceptible de choquer les âmes sensibles et ne fait en aucun cas l’apologie des violences qui y sont décrites.

Livre dur à lire, mais heureusement l’auteur nous épargne les détails. Magnifiquement bien écrit, on souffre avec les deux personnages principaux et on ne peut que les aimer, on pleure pour eux, avec eux. Certains personnages secondaires sont tout aussi attachant que les principaux et les autres on ne peut que les détester, les haïr pour leur comportement. Un vrai mélange de sentiments à la lecture de ce livre. Ce livre est à lire avant la série « Le temps des cerises » en 5 tomes. Comme d’habitude, je ne peux que vous le recommander, mais attention livre exclusivement réservé à un public averti!

Muse - Texte intégral par [Chateaux-Martin, Aurélie]

Interview d’Amélie Dauton du 20 juin 2018

Biographie: Née en 1987 à Reims, Amélie travaille dans le domaine de l’ingénierie mécanique et électrique. Plutôt scientifique dans sa vie professionnelle, elle est ce que l’on appelle une passionnée des livres dans sa vie privée. Après avoir vécu des années du côté des lecteurs et malgré une vie bien remplie, cette maman de trois enfants vient finalement de franchir la barrière de l’écriture en publiant son premier roman « Le pantin amnésique ». Son deuxième roman étant actuellement en cours de rédaction, elle espère renouveler bientôt cette fabuleuse expérience de partage avec ses lecteurs.

Tout d’abord merci Amélie d’accepter cette interview. Tu avais pris contact avec moi lors de la création de mon blog (si ma mémoire ne fait pas défaut) pour me proposer ton livre « le pantin amnésique », livre que j’ai accepté de lire avec grand plaisir et qui m’a énormément plu.

Dans ta biographie, tu dis que tu travaille dans le domaine de l’ingénierie mécanique et électrique, tu es également maman, en plus d’être auteure, sacrée organisation. Mais quand trouves-tu le temps de cuisinier pour ta tribu?

Alors d’abord merci à toi pour encourager tous ces petits nouveaux auteurs qui débutent (et tu as une très bonne mémoire ;-)). Alors ça c’est une très très bonne question!! Effectivement je suis bien occupée, le boulot me prend pas mal de temps mais j’essaie de garder le créneau de 18-20h pour m’occuper des enfants (avec mon charmant mari évidement). Ça ne laisse pas beaucoup le temps de cuisiner (bien que j’adore ça!) alors pour continuer à être une maman (presque) parfaite, et faire des plats équilibrés, j’avoue j’utilise le cookeo (et j’utilise aussi mon mari 😁). Je n’exploite pas encore les enfants ils sont trop jeunes (5 ans, 2 ans et 2 ans)

Je sais que ton deuxième livre est en phase d’écriture, as-tu déjà une date de sortie? (moi impatiente, non non pas du tout 😛 ) Est-ce une suite du « Pantin amnésique »? Retrouvera-t-on les personnages principaux qui étaient très attachants? 

Effectivement je suis en pleine écriture du deuxième. Je n’avance pas aussi vite que je le voudrais (les journées ne font que 24h il parait) mais j’en suis déjà au chapitre 5 🎉 effectivement on retrouvera les personnages de Juliette et de Laurent à une étape charnière de leur vie personnelle et professionnelle. J’ai déjà défini le squelette de l’histoire mais au fur et à mesure de l’écriture les scènes prennent vraiment vies et j’adore ça 😉 la sortie, j’aimerais viser avant la fin de l’année mais ça dépendra aussi du temps que je peux y consacrer.

Dans quel état d’esprit te trouvais-tu lors de la sortie de ton premier roman? 

Hum 🤔 j’étais assez fière du travail accompli, j’étais à la fois excitée par cette aventure et en même temps un peu « honteuse ». J’avais peur de paraître « prétentieuse » du fait d’avoir publié un livre. J’avais un peu peur de surestimer la qualité de mon livre et qu’il soit mal reçu, que les gens se disent que je me prends pour ce que je ne suis pas. J’attendais donc les retours avec impatience et appréhension. Mon mari m’a énormément encouragé, je crois que sans lui je n’aurai jamais osé me lancer, je pensais pas avoir le talent pour ça. C’est très dure de se juger sur quelque chose d’aussi subjectif. Mais je suis très fière de mon livre et maintenant je l’assume pleinement (même si je ne me place pas sur un pied d’égalité avec les grands écrivains ;-)) Pour moi l’écriture est avant tout un plaisir ! (tu peux en être fière de ce livre, il est vraiment génial 😉 )

Ce premier livre a été un sacré travail de recherches, pour le suivant c’est la même chose? Tu vas mélanger un fait divers historique? (oui je suis curieuse 😛 )

En fait, j’ai toujours été intriguée par Kennedy, j’ai lu énormément de bouquins là dessus (je suis une grande lectrice!) depuis des années, donc le travail de document je l’ai fait pour le plaisir avant d’écrire. Pour le deuxième, ça ne va pas être lié à un fait précis mais plutôt à une époque (les croisades, la religion etc). Mais j’aime le fait de mélanger passé et présent, donc je retente 🙂 (j’ai vraiment hâte de le lire 🙂 petit coup de pression là 😛 )

Pour conclure cette interview, voici un message d’Amélie: Je voudrais juste conclure en conseillant aux gens, quelle que soit leur histoire, de vivre leurs rêves, du plus petit au plus grand. Il suffit parfois de simplement décider de se lancer et le plus gros est fait. Si je peux me permettre de confier une astuce : faire sa liste de choses à faire dans la vie. Peut importante que la chose notée semble ridicule, l’écrire c’est déjà un pas vers sa réalisation! Cette liste permet de réfléchir à ce qu’on veut dans la vie et à se rappeler l’essentiel. Et ça c’est un
Grand pas vers le bonheur ! Bref vivre sa vie comme on le veut vraiment 😉

Merci à toi !

Merci beaucoup Amélie d’avoir pris sur ton temps pour répondre à ces quelques questions

Bibliographe:

Le pantin amnésique